Des fontaines, des bancs et des toilettes pour profiter de la ville

Nous doublerons le nombre de fontaines à eau dans la ville 

Paris est une ville dans laquelle on se déplace beaucoup : pour se promener, entre deux rendez-vous professionnels, pour retrouver des ami·e·s, etc. Et qui ne s’est jamais précipité·e dans un supermarché pour acheter une bouteille d’eau ou sur un distributeur dans le métro, surtout en plein été ? 

Si nous voulons réellement lutter contre les pollutions, nous devons en finir avec tous ces produits jetables, souvent en plastique. Les bouteilles plastique sont la cause d’une pollution majeure mais évitable si on en réduit l’usage à la source : en France nous consommons 25 millions de bouteilles d’eau par jour alors même qu’elles font partie des objets les plus fréquemment rencontrés en mer et que la taille du “septième continent” (de plastique) ne fait que grossir jour après jour. Sans compter qu’en plus de la pollution engendrée, chaque bouteille achetée représente un coût très important pour notre portefeuille ! 

Nous doublerons le nombre de fontaines à eau potable dans les rues de Paris – aujourd’hui il en existe environ un millier – et nous disposerons sur l’espace public des distributeurs de gourdes réutilisables en algoblend (plastique d’algue) à bas prix pour permettre à chacun·e de se désaltérer. 

Pour les périodes de fortes chaleurs, et nous savons que les canicules vont se multiplier et s’intensifier, nous développerons les systèmes de brumisateurs sur ces mêmes fontaines publiques. Ils seront à déclenchement individuel afin d’éviter le gaspillage de l’eau, à hauteur d’adulte et d’enfant pour rafraîchir tout le monde. 

Nous installerons au moins 1000 bancs supplémentaires dans les rues 

Le plaisir de flâner dans les rues de Paris s’est amoindri à mesure que, depuis les années 90, les bancs publics, qui ont fait la réputation de la balade parisienne, disparaissaient. 

Nous voulons retrouver ces objets du quotidien au coin de la rue qui permettent de se reposer quelques instants avant de continuer son chemin, d’admirer la vue toujours merveilleuse à Paris, d’entamer la discussion entre ami·e·s ou de faire connaissance avec les voisin·e·s de son quartier. 

Le Paris moins cher est aussi celui de la flânerie gratuite qui remet le service public à portée de main.

Nous remettrons donc au moins 1000 bancs supplémentaires dans nos rues et plus aucun ne sera retiré, sinon remplacé. 

Nous ferons des toilettes gratuites accessibles partout 

Qui a eu une envie pressante un jour à Paris, sait qu’il est quasiment impossible de trouver des toilettes publiques dans la capitale. Aujourd’hui, il existe 425 sanisettes gratuites gérées par JCDecaux, dont seulement 159 ouvertes 24 heures sur 24. 

Bien trop peu au regard des 2 millions de Parisien·ne·s – sans compter les personnes qui travaillent à Paris chaque jour et les visiteurs occasionnels. Résultat des courses, en 2017, les agent·e·s de la ville ont dressé 5381 PV pour “épanchement d’urine” dans la rue, et ce nombre n’est que la partie visible du problème. La majeure partie d’entre nous finit par dépenser l’équivalent d’un café pour utiliser les toilettes d’un bar ou d’un restaurant. 

Et pourtant, la loi prévoit que chaque établissement a pour obligation de laisser accès à ses WC. Nous conclurons un pacte avec les 15 000 restaurateur·trice·s pour qu’ils laissent accessibles leurs commodités. Avec une priorité, les chaînes de restaurants ayant doté leurs WC de codes disponibles uniquement aux consommateur·trice·s. 

En parallèle, nous ré-ouvrirons toutes les toilettes publiques présentes sur le territoire laissées à l’abandon depuis des années (notamment les toilettes du métro) et nous créerons dès que cela est possible de nouvelles infrastructures gratuites, propres et sécurisées dans l’espace public, accessibles pour les femmes comme pour les hommes), mais également pour tous les parents qui ont besoin de changer un bébé. 

Enfin, il est inimaginable aujourd’hui qu’on transforme nos gares intégralement en centres commerciaux, sous prétexte de les moderniser, et qu’on en profite pour rendre payant l’accès aux toilettes !

Chaque établissement accueillant du public devra mettre à disposition des WC gratuites. 

mattis mi, suscipit Donec Lorem Aliquam ut id, elit. diam