Un partenariat Paris – ruralité

Nous soutiendrons les agriculteur·trice·s qui souhaitent passer en bio

Les besoins alimentaires de la ville de Paris sont énormes. Ce sont 25 millions de repas qui sont servis chaque année entre les caisses des écoles, les EHPAD, les restaurants de la ville, etc.

Les marchés publics passés entre la ville et les différents prestataires sont donc des leviers extrêmement puissants. Nous concentrerons la commande publique sur le bio, le local et sur les agriculteur·trice·s qui passent d’une agriculture conventionnelle à une agriculture bio.

Nous créerons une chaine municipale de supermarchés bios à des prix abordables

Bien manger est parfois compliqué. Parce que bien manger, c’est bien vivre, nous voulons que la ville joue un rôle volontariste pour que les Parisien·ne·s aient accès à des fruits et légumes frais et de qualité.

Sur le modèle des magasins comme la Louve dans le 18e arrondissement, Grains de Sel dans le 13e arrondissement ou les 400 coop dans le 11e arrondissement, ces établissements seront cogérés par les habitant·e·s du quartier.

Ils seront approvisionnés par les agriculteur·trice·s bio, en priorité celles et ceux travaillant sur les parcelles achetées par la régie Eau de Paris, travaillant sur le triangle de Gonesse et ayant besoin de soutien face au gouvernement qui veut imposer l’immense centre commercial d’EuropaCity, et plus généralement à tou·te·s les agriculteur·trice·s bio de l’île de France ou en transition de France.

Sur le modèle des Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC), la ville prendra une part dans ces supermarchés à hauteur d’un tiers, afin d’en assurer un financement viable.

ut dictum porta. ipsum id libero. nec Aliquam quis, eleifend Curabitur sed