Une ville plus sûre, c’est aussi une ville plus agréable au quotidien

Nous améliorerons les équipements des services de propreté 

Chaque jour, 2900 km de trottoirs sont nettoyés et 2700 encombrants enlevés. 5000 balayeurs et éboueurs sont mobilisés à cet effet, en particulier pour entretenir et vider les 30 000 corbeilles de rue. 

Il est indispensable de mieux répondre aux besoins locaux et d’y adapter les moyens existants. C’est pourquoi nous déconcentrerons la gestion de la propreté au niveau des arrondissements pour garantir que les moyens soient adaptés aux besoins de chaque quartier

Nous investirons dans la mécanisation des tâches, en achetant du matériel testé par les agent·e·s et prenant en compte les spécificités des territoires et améliorant leurs conditions de travail pour plus d’efficacité dans le nettoyage de nos rues. 

Nous en finirons avec les incohérences administratives 

L’efficacité des collectes sera aussi renforcée par un découpage de Paris en secteurs plus cohérents pour faciliter le travail des agent·e·s et en renforcer l’impact

Cette amélioration de l’organisation passera notamment par l’affectation régulière des agent·e·s à une zone déterminée ce qui augmentera l’efficacité des nettoyages par une meilleure connaissance des quartiers et de leurs besoins. 

Les moyens seront par ailleurs renforcés dans les rues et quartiers nécessitant un effort accru. L’usage de l’espace public n’est pas le même partout : les mesures de nettoyage mises en œuvre par la Ville doivent s’adapter aux besoins spécifiques des quartiers et de leurs habitant·e·s. 

Nous repenserons nos rues pour éviter les incivilités 

Améliorer la propreté des rues, c’est aussi limiter les jets de déchets. Nous augmenterons le nombre d’équipements à disposition des passant·e·s, avec un objectif « une poubelle à moins de 50 mètres de moi » pour augmenter le nombre de corbeilles de rue et réduire les jets de déchets

Chaque nouvelle corbeille de rue devra permettre le tri des déchets, un impératif si nous voulons lutter efficacement contre les pollutions et les dérèglements climatiques. 

De nouvelles bornes de collecte de vêtements seront installées et les autorisations d’installation de terrasses seront conditionnées à la mise à disposition de cendriers fixes pour lutter contre les jets de mégots. 

Nous ré-ouvrirons également toutes les toilettes publiques présentes sur le territoire laissées à l’abandon depuis des années (notamment les toilettes du métro) et nous créerons dès que cela est possible de nouvelles infrastructures gratuites, propres et sécurisées dans l’espace public, accessibles pour les femmes comme pour les hommes, mais également pour tous les parents qui ont besoin de changer un bébé. 

Nous conclurons un pacte avec les 15 000 restaurateur·trice·s pour qu’ils laissent accessibles leurs commodités. Avec une priorité, les chaînes de restaurants ayant doté les sanitaires de verrous pour en restreindre l’accès aux consommateur·trice·s, ce qui est pourtant interdit par la loi. 

Grâce à tous ces nouveaux équipements, il n’existera plus aucune bonnes raisons de faire acte d’incivilité. Aucune tolérance ne sera donc accordée aux contrevenant·e·s, qui seront constamment verbalisé·e·s

Enfin, puisque que le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit, nous proposerons un plan spécifique et ambitieux pour une capitale zéro- déchet. 

Nous permettrons aux agent·e·s de réellement lutter contre le bruit 

A Paris, 86% des habitant·e·s sont exposé à un bruit dépassant les valeurs maximales recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et les conséquences sont importantes : pour chaque Parisien·ne exposé·e, c’est 11 mois de bonne santé qui sont perdus selon BruitParif, avec un coût total pour la collectivité qui a été estimé à 3.9 milliards d’euros. 

La question du bruit sera un axe majeur de l’aménagement urbain pour garantir la tranquillité de tou·te·s : toute nouvelle construction de chaussée devra être faite en matériaux absorbant le bruit, les horaires des travaux publics seront adaptés, la vitesse en ville sera abaissée… 

Nous formerons et fournirons aux agent·e·s de sécurité de la Ville des sonomètres pour mesurer le bruit des deux roues motorisées, qui constituent la première des nuisances sonores à Paris. En cas de dépassement des décibels autorisés, les scooteristes et motard·e·s seront verbalisé·e·s. 

Nous renforcerons également les moyens pour faciliter le dialogue en cas de conflit d’usage entre habitant·e·s et gérant·e·s de bars ou de boîtes de nuit pour adapter les activités sans pour autant avoir à les stopper ou fermer les lieux. 

leo odio tristique Nullam ut velit, Phasellus